Accueil > Les dossiers > Bavures, saisies et destructions d’armes et d’objets d’art > Eurostar empêche le devoir mémoriel



Eurostar empêche le devoir mémoriel

vendredi 6 décembre 2019, par Jean-Jacques BUIGNE président de la FPVA


Fin novembre 2019, nous avons été bouleversés par un panneau d’information en gare d’Eurostar. Il interdit des objets d’art populaire fabriqués à partir de douilles d’artillerie de la 1ère GM.


JPEG - 370.9 ko
Le 25 novembre dernier, nous avons été choqués par un panneau d’information placé en gare d’Eurostar et qui interdit des objets d’art populaire fabriqués à partir de douilles d’artillerie de la 1ère GM.

Ces douilles travaillées ont été ciselées dans les tranchées par des soldats de la Grande Guerre pour occuper le temps. Il s’agit d’oeuvres ne contenant plus de matière explosive, qui dans beaucoup de familles françaises servent depuis plus d’un demi-siècle de porte-crayons, de porte-parapluies ou de vase à fleurs.
Ces objets d’artisanat populaire (petit artisanat de tranchée), sont souvent rapportés en Grande-Bretagne comme reliques, par des familles britanniques venues en France visiter les champs de bataille où ont combattu leurs grands-parents ou arrière grands-parents.

Cet affichage est injustifié et absurde : c’est exactement comme si Eurostar interdisait tous les objets métalliques, sous le prétexte que le métal est également utilisé pour fabriquer des fusils ou des chars.
Le 6 décembre 2019, nous avons contacté Eurostar par courrier recommandé bilingue. Et nous avons exigé que la société de transport modifie la partie droite de son panneau en mettant fin à cette interdiction de transport d’objets d’artisanat de tranchée.





Imprimer cet article

Imprimer